mardi 17 décembre 2013




Contacts Gallimard : Presse nationale Isabelle Saugier 01 49 54 42 08
   Presse Province / Etranger Pierre Gestède 01 49 54 43 51 / 43 89


Lilyane Beauquel / L'Apaisement  / 4 ème de couverture


Le tsunami de 2011 vient de dévaster les côtes japonaises. Jim, un dessinateur français, père hésitant et amoureux approximatif, espère le retour de sa compagne Itoé, disparue. Kyo, leur jeune enfant, est vivant. Ils trouvent refuge chez Izumi, la sœur d’Itoé. Auprès d’elle, Jim tente de se réapproprier le monde en le dessinant pour des journaux internationaux. 

Le regard désorienté de Jim va changer avec l'apparition de singuliers carnets écrits par Itoé, L’Arbre-Monde. Exercices de calligraphie, récits de voyages dans les montagnes et méditation, ils sont pour Jim la découverte de l’accord et de l’équilibre shintoïste en toute chose. Plus qu’un guide dans ce pays bouleversé, ces carnets deviennent une source d’inspiration et suscitent en lui le désir d'explorer les terres intérieures à la recherche d’un endroit où réinventer un avenir avec Kyo. 

Avec la discrétion et la pudeur des grands romans graphiques japonais, Lilyane Beauquel met en scène une famille éprouvée par le tsunami et son retour à la vie. L’auteur dépeint par petites touches le regard de l’Européen sur ce pays, que la catastrophe lui fait redécouvrir, et nous offre un dépaysement radical.






              Lilyane Beauquel / En remontant vers le Nord / 4 ème de couverture


En remontant vers le Nord nous entraîne dans un pays nordique à la fin du XIX e siècle. Sven, un jeune ingénieur, a en charge la réalisation d’un tunnel qui désenclavera les terres les plus reculées. Ce pays, Sven croit bien le connaître pour y être né et y avoir vécu jusqu’à ses dix sept ans avant de s’enfuir pour un long périple à travers le monde. Après dix ans d’absence, il revient avec l’assurance d’un homme de progrès. Ici rien n’a changé : la nature inhospitalière, les règles d’un peuple autarcique et leur résistance au changement.

Zia, Vieux Bec, Yash, Edensen, la belle Silke, lui transmettent les croyances et les superstitions de cette combe perdue. Jour après jour, il se confronte aux  particularités des clans, les Landsen, les Zir, les Minuscules, et à tout ce qui les oppose.

Après une succession d’incidents et d’accidents, Sven doute de réussir à percer la montagne et tous les secrets qui la recouvrent pour atteindre enfin la lumière de l’autre côté.
En remontant vers le Nord renoue d’une manière superbe avec la grande tradition des contes nordiques.


                                                                                                 photo daniel Denise



 Lilyane Beauquel / Avant le silence des forêts/ 4 ème de couverture


«Je ne fais que raviver une envie de bonheur depuis longtemps renoncé, nous sommes un et nous sommes mille, et des millions, nous sommes un et tous et seuls. Rien ne permet plus de communiquer avec ceux que nous avons quittés. Toujours, dans ce trou qu'on nous a fait, restera notre silence.» 

Otto, Simon, Heinrich et Nathan, quatre jeunes Allemands de vingt ans, partent découvrir le monde, portés par le train de l'Histoire. Quand ils quittent le bourg bavarois où ils sont nés, leurs désirs affleurent à peine et ils ne connaissent de la vie que leur belle amitié. À leur arrivée, ils comprennent vite vers quoi on les a envoyés. Nous sommes en 1915, en Lorraine. 

Après les charges terrifiantes en première ligne, il faut tant bien que mal s'accommoder à la catastrophe. Simon, d'une voix douce, choisit de consigner dans ses carnets ce qui subsiste de vie dans les tranchées. Au détour d'un boyau, chacun rêve à ce qu'il a laissé là-bas : Anke, la jeune fille restée au pays, l'enfant à naître, les mères en douleur. 
Et les vestiges de l'enfance, les parfums des pâtisseries joyeuses et le paysage qui les a vus grandir, remplacés maintenant par le tapis des bombes.


                                                                                               photo daniel Denise

1 commentaire:

  1. I would have to read this book - and give it to my son, Svend. He is two months old, half Scandinavian, living in Nancy, and will definitely return to his father’s heimat as Sven.

    RépondreSupprimer